FRIENDS ONLY PRIVATE FORUM

At this forum we support the Gipsy (travel people) community worldwide.

Proverbs 27:12

A prudent person foresees danger and takes precautions. The simpleton goes blindly on and suffers the consequences.


#1

À droite comme à gauche, les critiques fusent après l'interview télévisée de Macron

in Politics Mon Oct 16, 2017 12:45 pm
by Lizzy67 • 1.785 Posts

Micron est comme ses fans et adeptes : inepte, méprisant, arriviste, MENTEUR, creux. Qui se ressemble s'assemble.



Orange avec AFP, publié le lundi 16 octobre 2017 à 09h25

Président des riches, déconnecté de la réalité qui méprise les couches populaires : au lendemain du premier grand entretien télévisé accordé par Emmanuel Macron depuis son élection, les réactions se font nombreuses dans le camp de l'opposition. Avec cette opération de communication, le chef de l'État ne semble avoir séduit ni ses principaux détracteurs, ni la population puisque 61% des Français n'ont pas été convaincus par ses propos, selon un Harris Interactive pour RMC.

Dimanche soir, Emmanuel Macron a gardé "le cap" et est resté "droit dans ses bottes" face aux questions des journalistes, selon la presse. Une position qui suscite une vague de critiques, à gauche comme à droite. Tour d'horizon des réactions politiques, au lendemain de la première interview présidentielle télévisée d'Emmanuel Macron.

Un président dans sa "bulle"

À gauche d'abord, les socialistes ne cachent pas leur désapprobation. Olivier Faure, président du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée national, a ainsi fustigé un chef de l'État qui serait déconnecté de la réalité. "J'ai vu hier soir un président bulle, un président qui vit avec les siens et qui ne comprend visiblement pas ce que sont les Français et qui ne les connaît pas", a-t-il déclaré sur France 2 lundi matin.

Un chef de l'État trop "libéral"
S'exprimant dans les colonnes du Parisien, l'ex-numéro un du PS Jean-Christophe Cambadélis a tenu des propos similaires, dénonçant un "président plus que jamais libéral". "Emmanuel Macron a passé plus de temps à expliquer son action qu'à tracer les perspectives d'avenir. Il est convaincu, mais est-il vraiment convaincant ? Je ne le crois pas. Car on a un président plus que jamais libéral."

"Macron a par ailleurs beaucoup insisté sur le mandat que lui a donné le peuple pour mener ses réformes. Mais il a oublié qu'il avait été élu au deuxième tour de l'élection présidentielle avec les voix des socialistes et des Républicains pour assécher le populisme", a encore lancé l'ancien dirigeant socialiste.

"Président des riches", encore et toujours

Du côté de la France insoumise, les critiques reprennent la rhétorique habituelle du "président des riches" qui aggraverait les inégalités au sein de la société. C'est ce qu'a dénoncé sur Twitter et dans Le Parisien le député Adrien Quatennens.
"Pour sa première télé depuis qu'il a été élu, j'ai été très déçu. On aurait pu penser que ça générerait plein d'annonces. Et au final, rien de particulier. C'était juste une clarification, notamment sur le fait qu'il est bien le président des riches. On a bien compris qu'il favorisait les intérêts d'une petite partie de la population, avec une vraie préférence pour le capital", a réagi l'élu du Nord auprès du Parisien.

Une forme de "détestation du peuple"
Même son de cloche du côté du Parti de Gauche, dont le porte-parole Eric Coquerel a reproché au président de la République une forme de mépris de classe.

Un président qui "se moque des Français"
À l'extrême droite, l'angle d'attaque est différent mais les propos sont tout aussi virulents. Pour Sébastien Chenu, porte-parole du FN, Emmanuel Macron s'est "moqué des Français" lorsqu'il a promis d'expulser les personnes en situation irrégulière qui commettraient des délits. "Il suffit d'être clandestin pour être expulsé, normalement. Il n'y a pas besoin de commettre un délit supplémentaire", a lancé le représentant frontiste lundi matin au micro de BFMTV.

Une critique reprise par David Rachline. Le maire frontiste de Fréjus, dans le Var, a également fustigé la ligne économique défendue par le président. "Il faut protéger nos entreprises face à la concurrence internationale déloyale insupportable. M. Macron refuse toute protection !", a déclaré l'élu sur le plateau de LCI.

Plus de six Français sur dix (61%) disent ne pas avoir été convaincus par l'intervention d'Emmanuel Macron dimanche soir sur TF1 et LCI, selon un sondage Harris Interactive pour RMC publié lundi matin. Seules, 39% des personnes interrogées ont été séduites par la prestation du président.

Toujours dans ce sondage, 56% des Français estiment que le projet d'Emmanuel Macron est à la fois de gauche et de droite. 38% pensent que le projet du chef de l'État correspond "à une politique de droite" et 6% à "une politique de gauche."


Last edited Mon Oct 16, 2017 12:45 pm | Scroll up
lockThis thread has been closed


Visitors
0 Members and 1 Guest are online.

We welcome our newest member: Maddy
Board Statistics
The forum has 1493 topics and 2219 posts.

| FAQ