FRIENDS ONLY PRIVATE FORUM

At this forum we support the Gipsy (travel people) community worldwide.

Proverbs 27:12

A prudent person foresees danger and takes precautions. The simpleton goes blindly on and suffers the consequences.


#1

Gestion des enseignants: un système coûteux et peu efficace, selon la Cour des comptes

in Politics Thu Oct 05, 2017 11:10 am
by Lizzy67 • 2.088 Posts

Depuis les années 80, combien de fois les programmes scolaires ont-ils été laminés ? C'est très très facile de taper sur les profs d'un quinquennat à l'autre.

Déjà, les associations de parents d'élèves devraient être supprimées. Dans un établissemtnt scolaire on respecte en tant qu'élève le personnel, les enseignants, les autres élèves.

Discipline, respect des règles et assiduité aux cours PAR LES ELEVES.

NON les enseignants ne sont pas bien payés. Par contre les "psychologues scolaires", etc., les conseillers d'orientation (qui ne SAVENT RIEN DU MARCHE DU TRAVAIL) le sont !

Du CM1 au Bac, le parcours est très long. Mais il n'appartient nullement à un enseignant de jouer d'autres rôles (psychologue, etc.).

Comme pour tout dans certains métiers de la fonction publique, on raconte tout et n'importe quoi aux étudiants, futurs profs, futures assistantes sociales : que de beaux métiers valorisants. Mais la réalité est tout autre sur le terrain. L'absentéisme des profs, enseignants, est une attaque trop facile.




AFP, publié le mercredi 04 octobre 2017 à 14h27

Des professeurs absents non remplacés, trop de débutants affectés dans les écoles difficiles et un coût du système éducatif qui s'accroît sans amélioration de sa performance: la Cour des comptes dresse un tableau sévère de la gestion des enseignants.

Quatre ans après un précédent rapport sur la gestion des 875.000 enseignants, la Cour renouvelle son diagnostic, très critique, en espérant que "la réitération d'un certain nombre de constats finira par s'ancrer dans les esprits".

Parmi les nombreux points soulevés par l'institution dans son rapport 2017, publié mercredi, figure la question des remplacements lorsqu'un professeur est absent.

La Cour chiffre à 13,6 millions le nombre de journées d'absence des professeurs dans l'enseignement public en 2014-15. Absences dues à la maladie mais aussi à des missions professionnelles (formations, participations à des examens etc...). Ces dernières représentent entre 20 et 40% des absences de moins de deux semaines en collège et lycée.

Le taux de remplacement de ces absences "courtes" dans le secondaire est d'un tiers selon le ministère de l'Education, mais de seulement 5 à 20% selon l'enquête de la Cour. Les chefs d'établissement, qui n'ont que peu de prérogatives, "ne parviennent pas à régler ces situations au sein de l'équipe enseignante", constatent les Sages de la rue Cambon.

Dans le primaire, le taux de remplacement est de 80%, indique la Cour.

Autre critique, l'affectation des professeurs à leurs postes: elle se déroule selon un dispositif "rigide" et "ne prend pas en compte la difficulté des postes", regrette la Cour des comptes.

Le nombre d'enseignants débutants dans les établissements difficiles a quasiment doublé depuis 2011, à 3.185 en 2016. Ils représentaient 23,6% de leurs effectifs en 2016, contre 20% cinq ans avant.

Affecter autant de jeunes professeurs dans ces écoles "paraît paradoxal à tout le monde, mais ça continue quand même", a déclaré le président de l'institution Didier Migaud.

- Pas de contrepartie -

La Cour déplore par ailleurs que les politiques sur les effectifs, les rémunérations et le temps de travail des enseignants soient "menées de façon séparée, sans mise en perspective de manière pluriannuelle", donnant ainsi lieu à des "à-coups dommageables en terme de recrutement".

En 2007 avec Nicolas Sarkozy puis 2012 avec François Hollande, "la question du nombre des enseignants a été au cœur des débats sur le système éducatif", avec une réduction ou une hausse des effectifs. Ces brusques à-coups déboussolent les éventuels candidats au métier d'enseignants, regrette l'institution.

Elle note aussi que la période 2012-2017 "a été marquée par une revalorisation salariale significative" et une nette réduction de l'écart avec les rémunérations des enseignants dans les pays comparables à la France. Mais ces embauches et hausses des salaires "n'ont pas été assorties de contreparties dans les conditions d'exercice du métier, dans l'organisation ou dans le temps de travail".

Ces améliorations doivent être corrélées à une révision des tâches à effectuer par les enseignants, en plus de leurs heures de cours. La Cour recommande notamment de fixer le nombre d'heures de travail sur une année (annualisation) et non à la semaine comme c'est le cas actuellement, ce qui permettrait une plus grande souplesse par exemple pour les remplacements des collègues absents.

Car "la déconnexion actuelle" entre ces "leviers majeurs de la gestion des enseignants" aboutit à "une situation doublement désavantageuse" pour l'intérêt public: le coût du système éducatif s'accroît sans que sa performance ne s'améliore, et les marges de manœuvres budgétaires sont limitées pour accompagner des réformes indispensables, estime la Cour des comptes.

Elle appelle à "ne plus dissocier hausse des effectifs ou des rémunérations" d'une "réforme du mode de gestion".

Dans sa réponse, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer indique que les évolutions à venir s'inscriront "dans une approche davantage qualitative de la gestion des ressources humaines, au bénéfice des enseignants et au service du progrès des élèves".

De son côté, le Snes-FSU, premier syndicat des enseignants du secondaire, lit dans ce rapport "l'obsession à vouloir contraindre et formater le métier d'enseignant dans le seul but de faire des économies à court terme".


Scroll up
lockThis thread has been closed


Visitors
0 Members and 1 Guest are online.

We welcome our newest member: Zayin
Board Statistics
The forum has 1657 topics and 2523 posts.

| FAQ