FRIENDS ONLY PRIVATE FORUM

At this forum we support the Gipsy (travel people) community worldwide.

Proverbs 27:12

A prudent person foresees danger and takes precautions. The simpleton goes blindly on and suffers the consequences.


#1

Journée type d'un demandeur d'emploi selon Pôle Emploi

in Politics Wed May 24, 2017 6:51 pm
by Lizzy67 • 1.583 Posts

Source AFP/Orange

Avons-nous des leçons à recevoir de la part de planqués pistonnés qui n'ont jamais connu le chômage ?
Quelle est la journée type d'un employé pistonné de Pôle Emploi (de plus, rémunéré avec NOS impôts) ?




MALAISE - Sur sa page Facebook, le Pôle emploi de Compiègne Margny a publié une infographie détaillant "la journée type d'un demandeur d'emploi efficace". Une "initiative personnelle et non une diffusion officielle", assure l'organisme.

À quoi devrait ressembler la journée d'un chômeur ? Alors que les derniers chiffres du chômage sont attendus mercredi soir, l'agence Pôle Emploi de Compiègne Margny, dans l'Oise, apporte une réponse très précise.

Publiée le 15 mai dernier, et depuis supprimée, une infographie intitulée "La journée type d'un demandeur d'emploi efficace" détaille comment les personnes sans emploi doivent s'organiser. Il s'agit "d'une proposition d'organisation qui vous permettra d'être performant dans vos démarches... À mettre en oeuvre 6j/7j, jusqu'à votre reprise d'emploi", explique le document.

"SÉANCE D'EXERCICE", "PETIT-DÉJEUNER COPIEUX", "RECHERCHE EFFICACE", SANS OUBLIER DE "SOCIABILISER"

Cette journée type commence à 7h45 par "une petite séance d'exercice à jeun". En effet, selon Pôle Emploi, "des études prouvent que le sport au réveil permet de booster la motivation". Après une douche à 8h30, qui permettra de "réfléchir à ses objectifs et ses envies", "un petit-déjeuner copieux" est conseillé à 8h45. Il s'agit de "profiter de la lumière du jour, antidépresseur naturel".

De 9h15 à 12h, le chômeur doit s'atteler à une recherche d'emploi "efficace" avant une pause déjeuner d'une heure. L'après-midi devra être consacré répondre à des offres de "petits boulots" et du réseautage. À la fin de cette journée bien chargée, à 17h30, le demandeur d'emploi est invité à "sociabiliser", car "il est important de rester en contact avec sa famille, ses amis".


Du site Libération : Alexia Eychenne
http://www.liberation.fr/france/2017/05/...nctions_1572008


Un demandeur d’emploi «efficace» commence sa journée à 7h45 par «une petite séance d’exercice à jeun» et l’achève à 17h30 en retrouvant ses proches pour «sociabiliser un peu». Non sans avoir avalé un petit-déj, ciblé les entreprises susceptibles de l’embaucher, répondu à des offres – y compris des boulots précaires – et réseauté sur LinkedIn. Autrement dit, sa journée de chômage doit être aussi énergique que les huit heures de boulot d’un cadre dynamique. En résumant ce propos dans une infographie logotée Pôle Emploi, l’opérateur public a suscité un tollé. Le schéma enchaîne en effet les maladresses. Quasi copié-collé d’un article du site Business Insider, il respire la culture de l’efficacité chère aux Anglo-Saxons et pourrait être issu d’un livre de conseil en développement personnel qui promet de faire du lecteur un «winner» en puissance.

Sauf qu’un chômeur n’est pas un jeune loup sorti d’école de commerce. Il ne se réveille pas le cœur léger, ne chante pas sous la douche en rêvant à ses «objectifs» et ses «envies». A mesure que les mois passent, il a plutôt les idées noires, l’estime de soi en miettes et peu de confiance en l’avenir, quand sa famille et sa vie sociale n’ont pas déjà volé en éclats. Pôle Emploi a vite compris le potentiel de «bad buzz» et battu en retraite, en chargeant une «initiative personnelle et isolée» qui n’aurait pas reçu l’aval de la direction. Les auteurs du graphique auront droit à un «débrief» – pour ne pas dire une soufflante. Les agents bénéficient d’une certaine autonomie pour préparer des supports ou des ateliers à destination de leur «portefeuille», les chômeurs dont ils suivent les dossiers. Cette petite liberté redonne parfois un peu de sens au travail des salariés d’une grosse machine qui a créé beaucoup de mal-être depuis la fusion mal gérée de l’ANPE et des Assédic en 2008.

Pourtant, l’infographie ne dit pas grand-chose que Pôle Emploi – sa tête cette fois – n’aurait pu dire ou écrire. Elle n’étonnera pas ceux qui se sont frottés à l’opérateur ou à l’écosystème de l’aide à la recherche d’emploi, publique comme privée, aussi prospère que le chômage. Les conseils pour «booster» sa recherche, selon le terme consacré, constituent même un des fonds de commerce de la maison. Comme d’une armée de médias, coachs, blogs (souvent adossés aux portails emploi) ou maisons d’édition. Le site de Pôle Emploi ne propose pas d’infographie heure par heure pour faire fructifier son chômage, mais sa page «trucs et astuces» (un exemple parmi d’autres) ne dit rien d’autre : «structurez votre journée», «organisez-vous un "coin recherche d’emploi" où vous serez au calme et où vous disposerez : d’une table, d’un téléphone, de votre agenda, de votre répertoire et de vos fiches de suivi», «gardez le contact avec vos relations et vos amis», «ménagez-vous tout de même des périodes de repos et de loisirs», «gardez votre équilibre», et «apprenez à positiver». Positiver…

Plus que le schéma, ce sont ces injonctions qui posent problème, car elles contiennent toujours le reproche implicite que le chômeur est responsable de sa situation. Lui et son heure de réveil, son manque de motivation, plus que l’économie en berne, les fermetures d’usine, les patrons qui ne veulent pas embaucher les trop vieux, les trop jeunes, les mères de famille, les Noirs, les Arabes… Faute de pouvoir offrir à ses «usagers» un travail en phase avec leur savoir-faire, Pôle Emploi et ses prestataires semblent parfois n’avoir d’autre choix que de les occuper, en leur faisant refaire leur CV jusqu’à l’absurde, en les faisant travailler leurs «savoir-être» ou, ici, en leur apprenant à organiser leur journée. Parfois, ça marche. Un jeune diplômé ou un cadre dirigeant sur la touche n’ont peut-être pas besoin de plus, et tant mieux. Mais le gros des chômeurs de longue durée qui cumulent les handicaps, sans diplôme, âgé, fragilisé, isolé dans des zones sinistrées, quels espoirs vont-ils pouvoir nourrir dans leur «coin recherche d’emploi» ?


Last edited Wed May 24, 2017 11:46 pm | Scroll up
lockThis thread has been closed


Visitors
0 Members and 1 Guest are online.

We welcome our newest member: Maddy
Board Statistics
The forum has 1355 topics and 2018 posts.

| FAQ